AZN 「AZN 10 YEARS」

Posted on October 30, 2014
AZN, c'est fini :-(
Ça faisait un bout de temps qu'il n'y avait plus de soirées, et ce que nous craignions a été confirmé par le message de Jerome Jemo (que nous reproduisons ci-dessous). On est super triste que cette soirée disparaisse, car entre l'ostracisme du milieu gay et le manque de solidarité des asiatiques gays en France, AZN, plus que simple lieu de drague entre « rice », « potato » ou « sticky », était le rendez-vous festif d'une « communauté » en mal de représentation (positive).


C’est aujourd’hui les 10 ans de la soirée, lancée le vendredi 17 septembre 2004 au Twin’s (ancien Scaramouche) rue Vivienne près des Grands Boulevards, coup d’envoi du rendez-vous Gay-Asian-Pop, aux succès et dynamisme que la communauté de Paris a pu connaitre et apprécier durant toutes ces années.

L’occasion de vous annoncer, après quelques mois de silence, qu’AZN ne reprendra pas. Pas jusque nouvel ordre en tous cas et pas en format mensuel, pour diverses raisons.

Le format communautaire et spécialisé de la soirée, limité en tant que minorité de minorité (souvent les mêmes têtes tous les mois) ou le caractère lassant pour le public de certains lieux (trop mixte, pas assez, trop petit, trop vu, trop chaud etc) ont toujours nécessité de rebondir et changer d’air après une ou deux saisons au grand maximum, à l’exception des Bains pendant 4 ans 1/2. Nous pensons avoir fait le tour de notre dernière résidence tenue avec succès pendant 1 an 1/2, se reposer sur ses lauriers ou insister ne sert à rien, nous le savons et aucune autre alternative ne nous semble plausible pour le moment, pour le format et les conditions de la soirée, assez spécifiques.

Il y a une réelle pénurie de résidences décentes pour une petite orga externe dans le centre de Paris (une sono et une clim “supportables”, des consos pas trop chères, des jours de week-end plutôt que semaine ou dimanche, un club avec un petit peu de style ou cachet si possible, sans compter les pouvoirs publics qui tôt ou tard viennent limiter les niveaux sonores pour le voisinage, nous obligeant souvent à tenir des pistes avec des sonos essoufflées ou cloitrées et surchauffées) et il nous semble illusoire de rebondir à tout prix, peut être lassés de devoir maintenir coute que coute la soirée dans des conditions que nous avons trop souvent connues et très rarement choisies et où il faut finir par se surpasser en promo, thèmes et animations pour palier une base logistique et un petit turn-over où il reste difficile de contenter tout le monde.

Je pense également l’avoir trop fait et la motivation n’est forcément plus la même, après 10 ans de mensuelles quasi non-stop contre vents et marées pour absolument mettre un point d’honneur à ce que la soirée existe et qu’elle reste fidèle à sa réputation. On sait qu’on ne fera pas mieux que tout ce qui a déjà pu être proposé, et comme déjà dit plus haut, il y a souvent eu ce besoin d’en donner toujours plus (des grands formats jusqu’à 500 personnes, connections, animations ou contenus divers, défilés de mode, guests prestigieux ou d’autres continents, une com et des flyers pour lesquels on s’est arraché les cheveux pendant des années, pour que ce soit parfait et bandant, sans complexe pour fièrement représenter la communauté face aux grands formats, etc) avec les moyens du bord et comme finalement peu de soirées de petite taille ou aussi spécialisées le font généralement, mais avec “l’ambition d’une grande” pour maintenir le potentiel. Et ça prend une énergie pas possible.

Il n’est pas certain que cà ou là, une date exceptionnelle puisse être proposée, selon occasion, invité ou endroit. Pour le moment ça n’est pas d’actualité et j’avoue ne pas avoir eu le courage de proposer une soirée pour les 10 ans non plus. Je pense être globalement passé à autre chose ou avoir besoin de stopper pour un certain temps. Mais “never say never” :-)
Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) qui relaient actus et évènements sous un angle gay, Asie ou pop culture/communauté, sont maintenus.

Évoquer des difficultés ou une lassitude, conditions de cet arrêt jusqu’à nouvel ordre, ne doit pas non plus noircir un tableau dont je suis finalement fier et satisfait. Il n’y a pas de quoi se plaindre en évoquant ces 10 années passées... Un grand merci à toutes les personnes qui ont pu participer à ce qu’AZN est devenu au fil des ans, clubs, partenaires et la petite équipe de base. Et évidemment le public communautaire qui a toujours répondu présent jusque récemment.

À bientôt ;-)

commentaires

上 TOP