Émilie Tôn 「Racisme, propos graveleux : « D'origine asiatique, je suis constamment harcelée »」

Posted on December 22, 2016

Dans une tribune publié sur Clique.tv, Anthony Cheylan, rédacteur en chef du site, réagit à un sketch de Kev Adams et Gad Elmaleh en rappelant que les blagues racistes envers les Asiatiques ne sont pas innocentes. D'origine vietnamienne, notre contributrice le confirme. Elle raconte.

Lorsque j'étais au collège, les élèves, mes amis, les surveillants ne m'appelaient jamais par mon prénom. Tous préféraient utiliser des surnoms tels que « la bridée », « nem », « la chintok » ou encore « la jaune ». J'ai tellement subi le racisme anti-asiatique qu'il m'a fallu énormément d'années pour accepter et comprendre qu'il s'agissait effectivement de xénophobie. Les agressions et insultes pleuvaient en permanence et ce, dès mon plus jeune âge.

Un jour, un surveillant qui ne connaissait pas mon prénom s'est adressé à moi en m'appelant « Mulan » pour me dire que la cloche avait sonné. A ce moment-là, je n'ai rien dit. Je ne savais pas que je pouvais répliquer : « Monsieur, c'est raciste ».

« Je ne suis pas raciste, j'adore les mangas »

Chaque fois qu'un asiatique passait à côté de mes amis et moi, l'un d'eux plaisantait sur le fait que c'était forcément un membre de ma famille. Lorsqu'en cours, quelqu'un me faisait une remarque, toute la classe suivait.

Les années collège sont passées mais les moqueries de mes camarades n'ont pas cessé. Au contraire... Je subis toujours des stéréotypes concernant les asiatiques du type « vous êtes trop forts en mathématiques et en karaté ». Et si j'ai l'audace de répliquer, j'entends parfois : « je ne suis pas raciste, j'ai même un ami asiatique/j'adore les mangas ». Il y a peu, une connaissance m'a demandé de lui préparer des nems. J'ai refusé, arguant que je ne suis pas douée en cuisine. Elle m'a dit : « Mais ça sert à quoi d'être chinoise ?» Accessoirement, je suis vietnamienne.

« Je me cachais pour parler vietnamien »

À chaque nouvelle rencontre, mon interlocuteur me demande d'où je viens, comme si lui fournir une réponse était absolument nécessaire. Si j'explique que je suis Française, il me demande quelles sont mes « vraies origines ». Par ailleurs, peu imaginent que je puisse être née en France. Il y a peu de temps, dans une boutique, un vendeur m'a demandé si j'avais fait un long voyage pour arriver jusqu'ici : « la Chine, tout ça... »

Lorsque je parle vietnamien, les gens rient. Ils me disent que c'est « moche », « bizarre », « rigolo ». Ils essaient d'imiter l'accent et disent n'importe quoi. Du coup, j'ai beaucoup complexé étant plus jeune. Pour téléphoner à mes parents lorsque j'étais accompagnée, je me cachais. Aujourd'hui, je regrette d'avoir eu honte.

« Les asiatiques, c'est mon truc, tu comprends ?»

Dans la rue, le harcèlement est quasi-quotidien : remarques, insultes et propos graveleux. Car les femmes asiatiques ou d'origine asiatique subissent également de plein fouet une fétichisation. « Les asiatiques, c'est mon truc, tu comprends ?» Non. Je ne suis pas seulement un « truc », qui permet aux hommes d'assouvir leurs fantasmes.

Un jour, l'un d'eux m'a suivi en chuchotant « tes fesses de chinoise » à mon oreille. Un autre m'a affirmé que « les asiatiques sont belles et calmes » et qu'elles « aiment bien manger des nems ». Métaphore consternante pour évoquer le sexe des hommes...

Constamment érotisée (et « exotisée »), je suis vue comme un objet sexuel ou un objet de curiosité. Je ne veux plus me justifier. Je ne veux plus me taire non plus.



commentaires

上 TOP