Lee Djane 「Arrêtez de m'appeler « Chinois »: non, le racisme anti-asiatique n'a rien de drôle」

Posted on March 22, 2016

LE PLUS. Que ce soit aux Oscars ou à la 「Nouvelle Star」, le racisme anti-asiatique est partout. Lee Djane, rappeur français d'origine cambodgienne, en a même fait une chanson 「Ils m’appellent chinois」. Il nous explique pourquoi toutes ces remarques n'ont rien d'humoristique.

Je suis Sino - Cambodgien d’origine, né en France. Asiatique oui, Français oui. Mais je n'aime pas être qualifié de « Chinois ».

« Sale Chinois »
Pourtant, au collège, quand j’avais 16 ans, à la suite d’une bagarre avec l’un de mes camarades, qui m’avait d’ailleurs sacrément amoché, j’avais reçu cette insulte en plein visage lorsque j'étais à terre (en plus de ses crachats) :

« Sale Chinois. »

Pour moi, cette anecdote est très marquante et représente la facette brutale d'un racisme que peuvent vivre les Asiatiques dans ce pays.

Et elle n’est pas non plus ma seule anecdote.

À la base, je voulais être producteur ou bien agent artistique. Mais les différentes personnes dont je voulais m’occuper ne me prennait pas du tout au sérieux.

Le « Chinois », disaient certain d'entre eux, ça ne les intéressait pas d'être en relation avec moi.

Moi qui suis plutôt quelqu’un qui aime être dans l’ombre, cela m’a poussé à rapper. Il y a un an, j’ai donc sorti un titre, « Ils m'appellent chinois »

Nous n'avons pas de représentants
C’est une synthèse de ce que j’ai vécu, de ce que des milliers de personnes ont vécu, de ce que ce candidat sud-coréen de 「Nouvelle Star」 a vécu récemment.

Une vidéo qui à profondément parlé à beaucoup de monde, puisqu'elle est inédite et inattendue.

On ne s'attend pas à ce qu'une personne comme moi ouvre « enfin » sa bouche

Le racisme anti-asiatique continue et est lambda, parce qu’en fait, nous n’avons pas de « représentants » qui puissent lutter contre les clichés et nous défendre, notamment au niveau médiatique.

Alors, on peut nous insulter en plein prime sur D8 et en 2016, et ça passe tout seul. Apparemment, la production avait même manipulé le passage du Sud-Coréen, afin de se moquer de lui.

En gros, ils ont voulu rire aux dépens du « petit jaune », s’attaquer au plus faible, à celui qui est seul contre quatre jurés.

Alors qu’en France, on n’arrête pas de nous dire qu’on est un melting-pot...

Et si le candidat sud-coréen avait été d'une autre origine ? C'est toujours en comparant qu'on peut mieux comprendre les choses.

Je crois qu’on n’aurait pas du tout dit que c’était « pour rire » et cela aurait beaucoup plus fait parler les médias, qui n'ont été que très peu nombreux à reprendre la polémique soi dit en passant.

Un racisme moqueur et blessant
Parce que à la différence des Maghrébins ou Noirs, nous ne vivons pas un racisme de discrimination, ou de rejet. Notre racisme à nous est plus banal, « simplement » moqueur.

Mais ça ne veut pas dire qu'il n'est pas blessant pour autant. Et ça, peu de personnes le comprennent.

Attention : je ne cherche pas à hiérarchiser les racismes, au contraire.

Mais on me dit souvent que le racisme anti-asiatique n’est pas grave, alors que ce sont ceux qui me disent ça qui le hiérarchisent. Quelle ironie !

Je ne vois pas pourquoi on devrait lutter contre l’un et ne pas s’intéresser à l’autre, pire, le cautionner.

Personnellement, je ne vis pas ce racisme tous les jours et heureusement. Je trouve juste que ce slogan « black blanc beur » est hypocrite et très commercial.

Il oublie une grande population asiatique qu’on ignore depuis trop longtemps.

La France « black banc beur » s'en fout
En fait, peu importe notre pays d’origine, peu importe que l’on soit véritablement chinois ou vietnamien, la France « black blanc beur » s’en fiche. Et ce n’est pas parce qu’on n’est peu nombreux, pas victime d'un racisme « ordinaire » qui inclut de la discrimination à l'emploi par exemple, qu’il faut se taire ou laisser faire.

Intéressant, la dernière campagne gouvernemental de lutte contre le racisme ne me parle pas. À votre avis pourquoi ? Car elle ne s'adresse tout simplement pas à des gens comme moi...

Moi, c’est avec la musique que je milite pour le respect et la dignité de chacun. Mais il faudra sans doute trouver d’autres moyens de faire entendre notre voix.

Propos recueillis par Audrey Kucinskas




commentaires

上 TOP