Raphäl Yem 「« Aujourd’hui, mes compatriotes asiatiques et moi, on se sent un peu seuls » : la tribune de Raphäl Yem」

Posted on January 31, 2017
La semaine dernière, des milliers d’internautes étaient choqués en découvrant la petite annonce postée par les équipes de Cauet, à la recherche de Chinois « sachant faire l’accent parfaitement », pour fêter le Nouvel An chinois. Le journaliste et animateur Raphäl Yem, qui officie au micro de Nova, et sur MTV et France Ô, toujours à l’affût de propos racistes anti-asiatiques, s’en est lui aussi offusqué. Nous lui avons donné carte blanche.

« Hello, je recherche 4-5 personnes d’origine chinoise, disponibles pour venir fêter le nouvel an chinois dans l’émission de Cauet demain et faire du karaoké !! Il faudrait que les personnes aient l’accent ou sachent faire l’accent parfaitement !! »


Cette annonce, postée il y a quelques jours sur Facebook dans un groupe de petites annonces n’a rien d’un fake.

Son auteure l’a supprimée le lendemain, sans explication. Peut-être que, satisfaite, elle avait trouvé ses candidats – tout est possible. Peut être que le réseau social mondial de Mark Zuckerberg, de lui-même, trouvant cette annonce chelou, l’a retirée ? – je suis sûr que non. Peut être alors la multiplication des commentaires outrés suscités par l’énormité de ce casting ont eu raison de cette annonce – je penche plutôt pour cette option.


Pour me rassurer et pour ne pas aboyer gratuitement, j’ai personnellement contacté en message privé Eva Rinche, puisqu’il s’agit de cette personne. Eva est stagiaire, c’est une petite main de cette émission de radio animée par Cauet, diffusée sur NRJ, qui se plaît à rappeler sans cesse qu’elle est la première radio musicale de France.

Eva n’a pas publié d’excuses, mais m’a répondu dans l’heure : « Ça a sûrement été mal formulé mais aucun propos raciste ne figurait dans cette publication ». C’est vrai. Maladroit, carrément. Aucun propos raciste... Encore heureux qu’un « chinetok », « niakwé » ou autres friandises citronnées ne se soient pas glissées dans ces quelques lignes « innocentes ».


Mais j’y pense : peut-être d’ailleurs ce post ne vous choque-t-il pas non plus ? Si c’est le cas, en 2017, dans le contexte critique socio-politique dans lequel nous sommes, c’est un problème. En effet, aller spécifiquement chercher des Chinois, qui ont l’accent ou qui savent parfaitement le faire, pour faire un karaoké dans une émission de radio filmée et suivie par des millions de personnes, c’est perpétrer des stéréotypes qui nourrissent au quotidien le racisme. Cela maintient aussi et surtout ceux qu’on désigne comme « chinois » dans une forme d’exotisme, « comme s’ils ne pouvaient pas être des français comme les autres. Et demander à des gens qui n’ont pas d’accent d’en faire un », pour citer l’auteure Rokhaya Diallo, c’est comme se grimer en chinois, imiter ce fameux accent, porter des kimonos, et faire des arts martiaux dans le but de faire rire, en prime. Suivez mon regard... Pour exemple, même sous hypnose, l’équipe d’Arthur a récemment choisi de mettre en scène la chanteuse Priscilla, Andy Cocq et l’hypnotique Messmer en « élèves kung-fu ». « Saluer », « crier », « faire des prises », « en chinois » évidemment, sans oublier de se renverser un bol de riz sur la tête, devant près de 4 millions de téléspectateurs. J’imagine le malaise des sino-familles qui fêtaient ce soir-là le Nouvel An, devant ce sketch de 15 minutes sur TF1, la première chaîne d’Europe.

Les clichés sont des croyances entretenues, à propos de différents groupes de personnes. Des clichés sur les Noirs, les Antillais, les Juifs, les Arabes, les Roms, les femmes, les Turcs, les personnes LGBT, les personnes en situation de handicap... Le citoyen que je suis les a vivement dénoncés. Sans discrimination. Sans regarder la couleur, la langue, le physique, le genre. Aujourd’hui, mes compatriotes asiatiques et moi, on se sent un peu seuls. Car oui, je suis ce citoyen du monde, d’origine cambodgienne. Plus jeune, j’ai subi les moqueries, les vannes, les insultes, du fait de mes yeux, perçus “bridés”, de ma couleur, perçue “jaune”, de mes prétendus talents génétiques sur le karaté, le judo, voire le sumo. Voilà de quoi vous tanner le cuir, le cerveau, les convictions anti-racistes. L’idée de cette tribune n’est pas de se plaindre, de dire qu’on ne peut plus rire de rien. Mais de souligner le fait qu’encore aujourd’hui, malgré toutes les marches, les plans, les lois, les films, les émissions, les livres, les cours, les rencontres, les crimes racistes, on peut encore faire comme si de rien n’était. Parce qu’on est maladroit, parce qu’il n’y a rien de mal à se moquer des Chinois. Ouais, même s’il s’agit de Japonais, Thaïlandais, Vietnamiens ou un truc dans le genre – nan, parce qu’ils se ressemblent tous, que c’est pareil. Même s’ils sont Français. Il y a quelques mois, Zhang Chaolin mourait tabassé dans les rues d’Aubervilliers. Ces jeunes agresseurs voulaient lui voler sa sacoche, « parce que les Chinois, ils ne se déplacent qu’avec du cash ». Un autre cliché. Mortel. Et pourtant, rien de raciste dans le wording, non ?


Ah oui, j’ai presque oublié de vous souhaiter une belle année du coq ! Faisons un karaoké pour fêter ça, surtout si vous avez l’accent ou que vous savez le faire parfaitement. Il y aura peut être même du chien à manger. Ah celui-là, on n’en avait pas encore parlé, alors voilà. Ah, non :D , j’allais oublier le smiley.





commentaires

上 TOP