TEAM 「Finally, an out & proud gay Filipino porn star!」

Posted on October 21, 2017 commentaires

While Twitter’s alter world has introduced us to countless cocks in various amateur angles, gay Filipino porn stars haven’t yet had their close-up. Sure, we’ve enjoyed a history of queer softcore film but where our nation’s hardcore homo spank bank is concerned, there’s been little investment.

Following the notion that our country’s best talent seeks greener pastures overseas, meet gay Filipino porn actor Silver Daliwag. The Business Management graduate and Shinjuku-residing expat might be the first proudly Pinoy actor working in hardcore gay porn today. Hopefully, for your self-pleasuring sake (and ours), he won’t be the last.

Because we like to know who we get one-sidedly intimate with after a long workday, we spoke to Silver over Facebook chat. Discovering a man confident in his calling and eager to represent, we hope to find more out and proud adult Filipino film stars embracing the privilege of having gay sex on camera, getting paid for it, and making many of their viewers happy. Who knows, change may soon be cumming.

First things first, is Silver your actual name or an alias?

Yes, that’s the name I used in Philippine modeling and when I joined Mr. Philippines World 1998. My last name was my step-grandfather’s family name. My father is Filipino-Chinese but didn’t use his family name since he grew up with his step-father. I don’t know how my mom thought of my name — maybe she didn’t want a child born with a silver spoon in his mouth. So, she just took the “Silver” and left the spoon (Laughs).

How did you wind up in Japan?

I got a job as a DJ in Shinjuku, Tokyo when I was 19 and then left the Philippines at the same age. From then on, I worked in the language industry which helped me to acquire and be able to speak six languages like Japanese, Thai, Spanish, English, Filipino and Sign Language.

And then when did porn come into the picture?

I was cast while doing my daily workout in Gold’s Gym. The casting crew from HUNKCHANNEL asked me if I was interested in entering the adult industry and left me a number, asking me to get back to them then. A week later, I decided to do it.

Were you always so comfortable with your sexuality?

I wasn’t comfortable until I reached 30. I was married once for five years and then got divorced. I thought getting married was the life that I needed. But after my divorce, I got comfortable with my sexuality, accepted it, and used it as my strength to keep going in life.

Are you partnered now and how does he feel about your work?

Yes, I have a boyfriend or should I say boyfriends. I am in a polyamorous relationship and they accept me as who I am and not for my past. We live together as a family where we protect each other, and it’s also not a sexually-based relationship. It’s more of having each other as family. They know I’m doing porn as a job and not because I am promiscuous or I want other guys. I am content with my partners. One of them is a businessman.

You also took up business in San Beda, I believe. Do you plan to use this or are you using this degree now somehow?

I plan to have my own piano trading company or a language school in the future. Whatever business I get into, I’ll keep you guys updated.

Can you tell us more about the porn work you do and what kind of work you would not do?

The videos I usually do are one on one, while I’ve done a video similar to Maskurbate. I am open to trying things as long as it involves safe sex. The most challenging shoot I’ve had was with a French production because it was too hardcore, I guess. I was very nervous but I prefer it because it was very safe, no direct penetration. I will never do bareback. Again, I believe in safe sex and I want to promote it to every gay in the world.

That’s great, thank you. Any videos of yours we can find online?

I am a fan of Captain America and I did a video inspired by him. The title is 「Osukin Battle」 or 「推筋 BATTLE」.

Can you elaborate more on not being sexually active in real life?

Yes, I don’t have a very active sex life in person but I do like watching porn. Although I do enjoy being in front of the camera and onstage whether it’s a video shoot, photoshoot, commercials, operas, ballets, or porn. I always enjoy anything that has to do with arts and entertainment. What makes me interested in porn is I get paid for doing something I enjoy doing. I get to know real friends and people who are there to accept me for who I am and not to criticize me for my decisions in life.

I’ve learned a lot in life and that it takes guts and courage to do things in life which others are afraid to do. A lot of people do things that don’t make them happy and they end up not doing the things they want until their last breath. Life is short and we have to enjoy it and live it with happiness.

Agreed. What do you plan to do with this sudden fame?

I want to make use of this fame to of course promote my race, to promote being Pinoy. I believe that being famous and being infamous is tantamount to each other, it is how you turn being infamous into a positive way that’s important. I’d also like to promote HIV/AIDS awareness to the LGBT Filipino community.

Anyone you’d love to film a porn scene with?

If I had the chance, I’d want to have a scene with Chris Evans in a Captain America suit.

And we’d love to watch that. By the way, where would you take us if we ever visited your neighborhood in Tokyo?

If you visit Tokyo and you are interested in gay bars, I would suggests you visit Muscle Bar and Shinjuku Ni-chome — and a lot more. Drop me a message in my IG, @silverdaliwag or in Facebook — I’d be happy to give you more suggestions. Thank you to all the Pinoy fans! I love you all and mabuhay! Keep on supporting and I’ll see you all soon in the Philippines when I visit!

Author: TEAM/Date: October 21, 2017/Source: http://teammag.ph/finally-proud-gay-filipino-porn-star/



もっと More

Elyssa Goodman 「Joel Kim Booster’s Tough Journey from Closeted Gay Kid to ‘Model Minority’」

commentaires

The writer and comedian’s quick rise to success only came when he learned to parse the thorniest questions – like what it means to be gay, Asian and raised by Evangelicals.

“Today I accidentally pulled my dick out a couple steps too soon before I made it to the urinal, and this other guy who works in the office with me full-on saw my penis and it was a horrible moment for both of us,” says comedian Joel Kim Booster. His dark black hair peeks out from the top of a backwards baseball cap, and he looks at me from behind dark eyes and chiseled cheekbones, wearing ripped jeans with a short-sleeve red flannel shirt. Sometimes there’s a guy who’s so excited to pee, he laughs, “he couldn’t even wait until he got to the urinal to do it” – and this time it was him.

It’s not unlike Booster to step outside of himself to see the comedy in everything; that’s how he turned comedy from a regular cathartic and creative outlet into a full-time career. “The way I process is finding that comedic angle,” Booster says. He’s spent his career to date processing what he calls his own “identity dysphoria,” being a Korean adoptee raised by a white evangelical Christian family who were initially challenged when he first came out as gay. His comedy ruminates on some of the thorniest curveballs of intersectional politics: What does it mean to be both gay and, once upon a time, evangelically Christian? To be Asian with a white family? To be Asian in the gay community? To be a gay comic in an industry that’s mostly straight? They’re questions he mines to relatable, hilarious effect, and will anchor his Comedy Central Stand-Up Presents special, airing tonight at midnight on the channel.


Comedy Central Stand-Up Presents: Joel Kim Booster 「Growing Up Homeschooled」 - posted on October 18, 2017.

“If you have a strong enough point of view or comedic voice, you’re able to just explain to someone that your parents didn’t talk to you for a year and a half. Everything is comedy and it’s just a matter of taking a step back and disassociating for a moment,” he says, whether it’s a big trauma or a tiny slice of total mortification that happens by accident, as it did at the urinal the day I met with him.

Booster started doing comedy in Chicago six and a half years ago. He moved to New York in 2014 and gave himself four years to make it or find something else to do. It took two. By June 2016, he had made his late-night standup debut on Conan, and by the end of that year he sold Birthright, a television show based on his experiences as a gay Korean adoptee raised by white evangelical Christian parents, to FOX. Though the series is no longer in development there, it has been picked up by a to-be-announced network.

His debut album,Model Minority, also comes out November 3. But there’s always the question of what’s next. “The goal was never fame,” Booster says. “I always wanted to just be a working comedian, but now that I’m a working comedian, I don’t really know what the next step is because saying ‘I want to be famous’ is so gross,” he laughs.

Booster was adopted from South Korea and raised in Plainfield, Illinois, a suburb of Chicago. Until his senior year of high school, he was homeschooled, an active participant in Christian youth groups who dreamed of one day becoming a youth pastor. Driven by a desire to do theatre, Booster asked his parents to send him to public school. Within a month, he was cast in the school play and came out to classmates but not his family. In truth, Booster had known he was gay from about age four – he jokes that he knew he was gay before he knew he was Asian – but had been trying to repress those urges, praying for God to change him. Ultimately he began to accept himself, but believed for a long time that he’d be going to hell.

When Booster was 17, his parents read his journal and found lists of male sexual conquests. It didn’t go well for either side. Tension became so high at home that he moved out – he wasn’t kicked out, but also wasn’t exactly asked to stay. He ended up sleeping on couches at different friends’ houses, ultimately ending up at the home of a girl from choir he didn’t know very well at the time. But they became best friends and he lived with her and her family for the rest of high school; her family even help put him through college.

Booster didn’t talk to his parents again until he was in college, but the time away was healing. He says their relationship is both “great” and “as good as it could be” now. While he’s been able to use stories from this time as fodder for his stand up, it wasn’t something he realized he could do until much later.

“I still remember where I was when I heard 「Tig Notaro: Live」, because it was the first time I had heard material that was so personal,” he said – material that “transcended tragedy, not maudlin mock storytelling of ‘there needs to be a lesson.’”

Booster moved to Chicago after college to be a writer and actor. As an actor, though, Booster tired of the roles he was offered – in one year, for example, he went in for “Chinese Food Delivery Boy” five times. The comedian Beth Stelling suggested he write his own material, and he hasn’t stopped since.

Booster says in college he began by writing predominantly about white heterosexual couples because he found it easier to do than to parse out the threads of his own identity. “Once I figured that out and I started to talk about myself more, stand up has really been a therapy in a way of that untangling process,” he says. But he processes with an intelligence, brashness, and distinctive comedic insight that are among the reasons for his continued success. As he said in his Conan set, “It was difficult for me growing up in [Plainfield] because I don’t meet a lot of cultural expectations of what an Asian person ‘should be’ in this country: I’m terrible at math, I don’t know karate, my dick is huge.”

This brand of personal yet absurdist humor has earned him praise not just from publications likeEsquire,Brooklyn Magazine, andPaper, but from fellow comedians. “When you see somebody who’s telling jokes that you didn’t think you were ever going to get to see onstage, when you see a part of yourself reflected that you didn’t know you wanted to see reflected, it’s magical,” says comedian Guy Branum, host of TruTV’s 「Talk Show the Game Show. “Joel is just... really honest and fiercely positive in a way that thrills me. It makes me so happy because that’s a guy who’s had a life... He is the fucking heroine of his own story.”

Now, Booster says, he feels like he’s achieved a certain stability in understanding his identity. He can change course and move in a different direction, one that’s “outrageously dumb,” as he puts it, but in a good way – more of that signature self-reflective Joel Kim absurdity, but as it pertains to worlds outside of himself, especially the magical and the mythological, a world where horses are 9/11 truthers and Elmira Gulch is the true feminist hero of 「The Wizard of Oz.

And as he begins to develop the next segment of his career, a greater fame continues to loom, whether he wants it or not. “Everybody a little bit wants to be famous. I’ll settle for working and making a living and having health insurance. I guess I want to be – this is said tongue firmly planted in my cheek – but I want to be a fucking legend,” he laughs. “I don’t want to just have my name said, I want it to be etched in fucking stone.”

Follow Elyssa Goodman on Twitter.




もっと More

Jérémy Patinier 「Témoignages : ils en ont marre des clichés sur les gays asiatiques」

Posted on October 19, 2017 commentaires
Tien

Sans chercher à faire une hiérarchie entre les discriminations, force est de constater que les clichés envers les garçons asiatiques sont les plus partagés... et acceptés. Ceux que nous avons rencontrés nous ont expliqué qu’ils se sentaient globalement « les plus mal aimés » de la communauté gay.

Entre les « NO ASIAT » sur les applis et la quasi inexistence de représentation culturelle et d’incarnation gay asiatique en France, difficile de se sentir vraiment « aimé », sauf par les garçons qui les fétichisent à outrance.

« On se permet des choses avec un garçon asiatique que l’on ne se permettrait pas avec un autre. Un jour dans une soirée quelqu’un a dit : “oh un Asiat, trop mignon” en parlant de moi », nous explique un garçon qui souhaite rester anonyme. Le racisme commence en traitant différemment une personne en fonction de son physique, son origine ou sa couleur de peau. Serait-il venu à l’esprit de la personne de dire « Oh un Noir, trop chou ? ». Pas si sûr. « D’un Asiatique, on pense qu’il n’y aura pas de répondant », ajoute-t-il. Car dans l’imaginaire collectif, l’Asiatique serait l’antithèse de la virilité. On les pense inoffensifs, imberbes, efféminés, passifs (au sens large), soumis, etc. Si certains le sont, et n’ont pas à être jugés pour cela, pourquoi généraliser ? Le sentiment d’exclusion vient de la récurrence de ces valeurs, qui plus est chargées d’un jugement très négatif. Ils ne sont bien sûr pas unanimement passifs ou soumis, inoffensifs, efféminés ou imberbes, mais nous collons notre vision de la masculinité et de la féminité, notre modèle de virilité, sur leurs physiques. Et cette différenciation apporte avec elle une hiérarchisation. Et la misogynie à l’œuvre vient les considérer comme globalement inférieurs.


MTV News 「The Weird History of Asian Sex Stereotypes | Decoded」 - posted on May 25, 2016.

Simon (ci-dessous), vit à Nantes avec son amoureux et ses chats. Il nous raconte son parcours avec les garçons :

Je viens de St Brieuc dans les tréfonds des Côtes d’Armor, être gay n’était pas facile. Ça a pris le dessus sur le fait qu’être asiat là-bas n’était pas forcément sympa tout les jours non plus... En arrivant sur Nantes, il y a 10 ans, je pensais naïvement que ça allait changer et que j’allais pouvoir redémarrer une nouvelle vie. On peut s’affirmer librement sans être dévisagé par la première personne croisée dans la rue... Mais je me suis vite rendu compte que le milieu gay, le vrai, celui qui te permet d’exister, n’était pas si sympa que sur le papier. Déjà pour les LGBT comme pour les autres, on pense que la Chine et le reste de l’Asie, c’est pareil. Donc forcément, si je suis asiatique : je parle chinois... ou japonais... C’EST PAREEEEEEIL ! Aujourd’hui, je suis en couple, mais avant, dès qu’un mec me plaisait un peu, je n’étais pas assez viril pour lui. On me disait : « Vous les Asiats vous avez des traits très féminins », « vous n’avez pas de poils » et « vous avez des petites bites ». Ces phrases, je les ai entendues des dizaines de fois ! Pire : « Je ne fais pas dans l’Asiat » ou « Désolé, mais Jackie Chan, c’est pas mon kiff »... La communauté gay semble principalement obnubilée par un stéréotype de mec « musclé et poilu ». On cantonne ceux qui n’y ressemblent pas à d’autres fantasmes. Parfois, au contraire, j’étais un fantasme de « bukkake », je devais « kiffer les chatouilles et les odeurs ». Ma vie, aux yeux de beaucoup de gens se résumait à la catégorie « asian » de pornhub. En plus je fais du drag donc je devenais souvent la katoï thaïlandaise (fille trans)... Ce qui est triste, c’est que j’entends encore les même vannes par des gays de 30 ans que celles des collégiens de 12 ans de St Brieuc...

Simon

« NO ASIAN »
Dans les descriptions des profils de rencontres, le « NO FAT, NO FEM, NO ASIAN » est une réalité. Mais Olivier pense que ces « critères excluants ne sont que la partie émergée de l’iceberg » :

C’est la manière d’exprimer un racisme sous couvert de préférences personnelles. Comme c’est un « goût » subjectif, ce n’est pas attaquable pour eux. Quand on discute un peu avec ces personnes-là, qui affichent des « pas de Noirs/Arabes/Asiats... », on tombe dans des généralités qui « justifient » ce refus racialisé. Parce qu’ils auraient eu une mauvaise expérience avec UN mec, ils décident de ne plus accepter d’en fréquenter d’autres. Ça paraîtrait totalement absurde de dire en France « j’ai eu une mauvaise expérience avec un Blanc, donc je ne les fréquente plus », mais dans le cas inverse, le discours est décomplexé.

Il est quand même assez frappant de voir qu’une communauté qui a été victime des préjugés, des fantasmes les plus grotesques sur son mode de vie, sa sociabilité, sa sexualité, reproduit exactement les mêmes mécanismes sur d’autres groupes discriminés. Et si on disait plutôt ce qu’on aime, et pas ce qu’on aime moins ? On peut être poli et respectueux, on est tous là pour la même chose.

Bien sûr, comme pour chaque groupe, ils ont leurs « admirateurs », qu’on appelle même les « rice queens ». Mais l’exclusivité est aussi un fétichisme, comme l’exclusion systématique. « En tant qu’individu on veut se sentir une personne, pas juste ‘un Asiat’ », nous expliquait le même jeune homme qui désire rester anonyme. La récurrence et la violence du rejet font que certains garçons d’origine asiatique vont intégrer cette discrimination : « Si on me jette en permanence, je vais aller vers que ceux qui aiment les Asiats même s’ils ne me plaisent pas. Je vais aussi m’installer dans le cliché par opportunité et par simplicité pour me proposer sur le marché de l’amour. Jusqu’où on intègre ces clichés et jusqu’où on les valide ? À force, est-ce qu’on ne se ferme pas nous-même à être ceci parce qu’on nous renvoie cette image ? Quand est-ce que l’on se permet d’être autre chose que ce à quoi on nous assigne ? », ajoutait-il.

Par exemple, il est assez notable de constater qu’en Europe il se développe une détestation des Asiatiques par les Asiatiques eux même. « Ce serait comme coucher avec un frère », se disent certains. Il est aussi rare de voir ceux que l’on appelle en Asie des « sticky rice queens » (deux Asiatiques ensemble). Comme s’ils étaient tous interchangeables. Souvent, eux-mêmes pensent qu’il faut « un viril » (même un Blanc « folle » sera éventuellement considéré comme tel) pour les compléter. « On est plus qu’un Asiatique pour certains, même plus un être doué de subtilité, qui a des désirs d’expérience ou des plaisirs variables selon celui qu’il a en face ».

Ce sont ces clichés intégrés qu’a appris à déconstruire Tien (ci-dessus), 26 ans, qui vit Paris. Il nous raconte :

J’ai été adopté par une famille française. À 22 ans, j’ai décidé sur un coup de tête de retourner en Asie, au Vietnam où je suis né ainsi qu’en Thaïlande où j’ai travaillé, et je me considère aussi bien Viet qu’un peu Thaï aujourd’hui. J’ai donc une expérience des deux milieux gays, ici et là-bas, et des Blancs d’ici et des Blancs de là-bas. À Paris, j’ai souvent eu l’impression qu’on m’écoutait un peu moins dans un groupe mixte, que je devais surjouer un peu celui qui parle fort. Au collège, j’étais efféminé ET gay, on m’appelait « la Chinoise ». Comme si tout les Asiatiques était Chinois. Asiatiques, Noirs ou Arabes, chaque « origine » vit une discrimination différente je crois. Nous, on est niés. Regardez, c’est comme à la télé : aucun asiatique, ou presque.

Bangkok est connue pour être une ville chaude, souvent les Blancs qui visitent l’Asie n’ont plus de limites. Plusieurs fois, certains m’ont touché le cul dans la rue gay, comme ça, à 21h. Ou on m’a caressé les cheveux d’une façon très condescendante, alors que ça ne se fait pas en Asie de toucher la tête. Parfois ils croient te parler gentiment mais ils te parlent comme à un chien. Le sentiment anti-blanc est en train de se développer là-bas... À force d’être aussi présomptueux...

Quand on me voit avec des amis blancs un peu plus vieux, on pense tout de suite que je suis une pute qui en veut à leur l’argent. Bah non... Je n’aime que les Asiats ! Je ne suis plus une « potato queen » (un Asiatique qui n’aiment que les Blancs, ndlr) depuis que je suis allé vivre en Asie. Et si vous vous demandez « comment on fait », et bien on n’est pas tous passifs ! Comme les Blancs en fait !

Les initiatives pour contrer les clichés fleurissent. Les hommes asiatiques sont représentés en objets du désir (en juillet dernier, les photographes Idris + Tony frappaient fort sur models.com avec 「Rise Of The Asian Male Supermodel」 ou le calendrier 「Haikus On Hotties」...) mais au-delà de l’érotisation, c’est également la culture queer asiatique qui nous arrive petit à petit et permet de changer nos regards sur les modèles que nous avons intégrés. La Semaine LGBT chinoise, organisée à Paris depuis 2015, tente aussi de remédier à cet océan de clichés.


Matt Antell 「It’s Asian Men」 Trailer - posted on November 14, 2016.

Peu de personnalités LGBT asiatiques émergent en France, à l’image du monde, où l’humoriste bisexuelle Margaret Cho, le comédien gay de 「Star Trek」, Georges Takei, l’activiste Dan Choi ou la drag queen Kim Chi sont les très peu nombreux représentants d’une diversité qui profite à tous.



もっと More

Curtis M. Wong 「Queer Asians Reveal How They’d Come Out To Immigrant Parents In A Perfect World」

Posted on October 16, 2017 commentaires
A new film reminds families they “don’t have to choose between loving their children and being faithful to their culture or to their religion.”


Patrick G. Lee 「Unspoken: Asian Americans on Coming Out to Immigrant Parents」 - posted on October 11, 2017.

Six LGBTQ Asian Americans share what they’d say to their parents in a world without language and cultural barriers in this poignant short film.

Released on National Coming Out Day (Oct. 11), 「Unspoken: Asian Americans On Coming Out To Immigrant Parents」 aims to remind families that “they don’t have to choose between loving their children and being faithful to their culture or to their religion,” filmmaker Patrick G. Lee told HuffPost.

The nearly seven-minute film’s subjects don’t hold back in the clip, reading heartfelt letters they’ve written to their families. Their experiences are incredibly diverse. “I know I promised you that I would be straight, but I’m sorry to say that I cannot be,” one man, identified only as Kevin, says in the clip. “And God knows I tried after all of that.” Later, a trans individual named Sen explains, “I hope you can understand that I chose to stay alive as a fem, but I do not choose the hardships that come with it.”

Lee, who is of Korean descent said the film is for “all of us who remember growing up and feeling weird or different from everyone else.” The idea for the project came about after the Chicago native came out to his own family as queer this summer, but realized the cultural divide between him and his immigrant parents prevented him from opening up as much as he wanted to.

Hence, the documentarian is hopeful that LGBTQ Asian Americans will see themselves as “resilient” and “valued” after watching his film. He’s also at work on a 25-minute version of the film that will expand on the theme and be screened at Asian American community events across the country.

“Our hope is to show immigrant parents of LGBTQ kids that they don’t have to choose between loving their children and being faithful to their culture or to their religion,” he told HuffPost. “We want to show our families that unconditional love is possible.”

Catch the latest in LGBTQ news by subscribing to the Queer Voices newsletter.




Unspoken: LGBTQ Asian Pacific Islander Stories
Facebook: https://www.facebook.com/queerAPIdoc/


もっと More

Daniel Villarreal 「This Instagram Account Devoted to Sexy Asian Men Will Melt Your Screen」

Posted on October 12, 2017 commentaires
IsHotAsianMan is a sizzling Instagram account filled to the brim with sexy Asian men, flexing and showing off their buffness for everyone to enjoy. We recently discovered the account while browsing through the photo-sharing platform and we just had to share.

Unfortuantely, American media rarely presents Asian guys as sexy or desirable, so we always love finding media that does just that.

Old-timey racist U.S. laws emasculated Asian men for decades and contemporary pop-culture depictions of Asian guys are largely unflattering, depicting them as nerdy, over-sexed, heavily accented stereotypes.

Projects like IsHotAsianMen push back against those depictions and let us see Asian guys as they see themselves (or at least, how they want to be seen).

The account includes images from guys who tag their photos with #IsHotAsianMen and it features guys from all around the world (including some videos of men flexing, stripping down and working out).

It has become our new favorite Instagram account and when you see the pics below, we’re sure you’ll start following them too.

Here are 22 of the hottest pics from IsHotAsianMen:

Who photographs the photographer? Traveling with a friend. A brief bit of relaxation.
He’s got us smiling, too. We’d like to be his flotation device. Locked out with a jock.
Going wild for his leopard-print g-string! Towel time with a gym buddy. Ba-donk-a-donk!
He’s a habit we wouldn’t wanna kick! Beach time with a beautiful babe. A hot hotel snapshot.
Give in to the Asian persuasion. He’s turning pool time into drool time. A stunning ocean god.
Tropical heat among the fronds. This mustached hottie is teasing and pleasing. Dat leg tho.
We’re waterfallin’ for this fella. Think pink. Tattoos and speedos? Yes, please!
This guy is hot and sexy in NYC.

Featured image via IsHotAsianMen Instagram account

Author: Daniel Villarreal/Date: October 12, 2017/Source: https://hornetapp.com/stories/sexy-asian-men/



もっと More

Inès Belgacem 「La communauté asiatique en a marre de fermer sa gueule」

Posted on October 09, 2017 commentaires
Le collectif Yellow Ghetto. / Crédits : Pierre Gautheron

Jeux de mots foireux, accents bidons et hyper-sexualisation, en France le racisme anti-asiatique se porte bien. Une nouvelle génération d'asiomilitants se lève pour combattre. StreetPress est allé à sa rencontre.

« Pourquoi le terme asiophobie n’existe pas ? », s’indigne Sovanara*. Autour d’un jus d’orange, dans un café du 13e, la jeune fille énumère les discriminations qu’elle vit au quotidien :

« En primaire, on me demandait si je parlais français ou on m’appelait “la chinetoque”. »

L’étudiante en cinéma de 18 ans, dont les parents sont nés au Cambodge, regrette « qu’on n’entende pas assez parler de la communauté asiatique en France ». Après une longue période d’hésitations, la jeune femme a créé Sokhanyæ, le premier collectif asioféministe. « Je me sentais seule. Je voulais trouver des gens avec les mêmes aspirations que moi, avec qui je pourrais construire mon militantisme en tant qu’asio-descendante. » Grace Ly, blogueuse et voix forte de la communauté, assure que les lignes commencent à bouger :

« On assiste aux prémices d’un militantisme asiatique. Mais c’est vraiment le début ! J’ai l’impression que depuis un an, les choses changent. »

La mort de Chaolin Zhang, couturier de 49 ans – après une violente agression à Aubervilliers, le 7 août 2016 – est devenu le symbole de la stigmatisation de la communauté asiatique. Les manifestations qui suivent réunissent plusieurs milliers de personnes et font émerger la question du racisme anti-asiatique. « Il y a déjà eu des manifestations ou des procès portés par notre association sur cette question, mais on a rarement mobilisé autant de monde », complète Rui Wang, ancien président de l’Association des Jeunes Chinois de France (AJCF), aux manettes de ces rassemblements. Mais pas facile de dégager des leaders de la contestation.

Dire merci à la France
« Nous avons grandi dans des familles reconnaissantes envers la France. On nous a demandé de respecter le pays qui nous avait accueillis. Il ne fallait pas critiquer », se souvient Grace Ly, qui tient le blog La Petite Banane. Elle est l’une des rares figures à prendre la parole sur les discriminations qui touchent les asio-descendants. La jeune femme aux longs cheveux ébène est fille d’immigrés cambodgiens. Rescapés de la guerre civile et des Khmers Rouges, ses parents entament une nouvelle vie en région parisienne dans les années 70 :

« Enfant, j’avais l’impression d’être un cliché vivant ! Mes parents ont eu tous les métiers les plus clichés : ils ont ouvert successivement un restaurant chinois, un autre japonais, une épicerie, un vidéo club, un pressing... Ajoute à ça qu’ils avaient un accent. A l’école, on m’appelait ‘la fille de Jackie Chan’. »

L’enfant en vient vite à la conclusion « qu’être blanc c’est beaucoup mieux ». « Les filles belles étaient blanches, pas asiatiques », insiste-t-elle comme si elle revivait ses années d’adolescence.

Kei Lam a vécu une histoire similaire. « J’en faisais dix fois plus que tout le monde pour être dans la norme et montrer que j’étais assimilée. J’évitais de traîner avec d’autres enfants chinois pour ne pas qu’on pense que j’étais communautariste. » D’origine hongkongaise, l’illustratrice arrive à Paris à l’âge de 6 ans, avec sa mère. Elles rejoignent le père, dessinateur, parti quelques années plus tôt pour se construire une situation avant de les faire venir. « Mon père est arrivé en 90. Il pensait rencontrer Monet et Van Gogh dans les rues de Paris », sourit-elle, assise à la terrasse d’un café de Montreuil, où se trouve son atelier. La dessinatrice raconte les péripéties de sa famille dans『Banana Girl』, son premier roman graphique paru cet été :

« Être une banane, c’est avoir une tête d’asiatique avec une culture occidentale. Jaune à l’extérieur et blanche à l’intérieur. »

« Ca n’est ni une insulte, ni un compliment à mon sens. Juste un fait », commente Grace.

Connaître son histoire
« Personne ne parle de double culture. La première fois qu’on m’a dit “tu es mixte”, ça a été une révélation ! J’ai compris un paquet de trucs », explique Kei Lam, en replaçant ses lunettes. Elle raconte ne s’être jamais, dans sa jeunesse, sentie représentée : elle n’était ni totalement asiatique, ni totalement blanche. « J’étais banane et je voulais montrer cette nuance dans mon livre. » Mais pas facile de se mettre à nu :

« Pourquoi mon histoire serait-elle plus intéressante qu’une autre ? Pourquoi en parler alors qu’elle n’est pas ouf ? Comment réagiront mes proches et ma famille ? »

Finalement, les retours sont plus que positifs. « Les gens se sont retrouvés dans mon histoire, à ma grande surprise. Certaines personnes avaient l’air soulagées de ne pas être seules. » « Ce type de récit est nécessaire. Il faut créer des documents qui parlent de notre histoire, de nos vie », assure Grace Ly, qui a elle lancé la websérie 「Ça reste entre nous」 :

« Il faut donner la parole aux concernés. »

« Il faut sortir de cette image réductrice d’enfant banane, qui créé souvent le sentiment d’illégitimité, nuance Sasha Lin, 41 ans et co-fondateur de l’Association des Jeunes Chinois de France (AJCF). Mixte ou pas la jeunesse doit connaître son histoire. Il faut qu’elle soit fière de son passé, de son héritage, et qu’elle se sente à l’aise avec dans le présent. »

Il fait partie des militants historiques de la communauté. Grace abonde, exemple à l’appui : « Quand j’étais petite, j’en voulais à mes parents d’être si calmes face à des agressions de la vie quotidienne ». Un jour, alors que son père est au volant, un homme leur fait une queue de poisson :

« Pour moi, il fallait réagir à la manière des Français, des latins, qui ont le sang chaud. Il fallait gueuler quelque chose par la fenêtre. Mais il m’a dit “c’est pas grave, laisse”. Pour moi c’était un fuyard, j’en avais honte. Alors que dans les faits, il a vécu la guerre et a survécu aux Khmers Rouges. Evidemment qu’il s’en foutait d’une queue de poisson... Mais enfant, je ne me rendais pas compte de tout ça. »

La communauté modèle
Cette prise de conscience, Grace Ly appelle ça « être awoke » – littéralement être éveillé. « J’ai mis 37 ans à me rendre compte de toutes les discriminations que j’ai vécues dans ma vie, en tant que femme issue de l’immigration. Ca n’est pas simple d’ouvrir les yeux », avoue la blogueuse de 37 ans. Si ses pages Facebook et blogs étaient initialement tournés vers le fooding, la jeune maman essaie depuis un peu plus d’un an d’attirer l’attention sur les discriminations dont souffrent les asio-descendants. Elle évoque notamment les fantasmes sexuels autour des femmes asiatiques, qui devraient être douces et dociles. Un objet :

« Mes relations amoureuses ont été très douloureuses. On attendait des choses de moi que je n’étais pas. Tu te dis “c’est bizarre”, tu te demandes si c’est raciste et tu finis par conclure que c’est toi le problème. Tu perds confiance en toi et tu deviens l’objet qu’on attend que tu sois. »

Mère de trois enfants, elle a décidé de témoigner pour épargner ses peines aux générations suivantes. « Je me suis longtemps sentie très seule avec mes complexes. Je ne veux pas qu’ils passent par là. » Compliqué de briser cette solitude quand tout le monde tend à minimiser ces discriminations. « Je pense que pour beaucoup de gens, le mot d’ordre est “pour vivre heureux, vivons caché”. Il ne faut pas faire de vague », conjecture la blogueuse, qui enchaîne sur la théorie de « la minorité modèle » :

« Il y aurait deux types d’étrangers : d’un côté les pires, les noirs et les arabes, et de l’autre nous, les gentils asiatiques discrets. »

Ainsi, pendant les manifestations de l’été 2016 en hommage à Chaolin Zhang, elle entend « eux, au moins, quand ils font une manif’, ils ne brûlent pas des voitures... ». « On est acceptés parce qu’on ne fait pas de bruit. Et quand on fera du bruit, que se passera-t-il ? On sera mis dans le même paquet que les autres ? », s’interroge Rui Wang, président sur le départ de l’AJCF.

Ouvrir la voix
Le jeune homme en polo et pull noué sur les épaules concède avoir toujours eu une grande gueule. Mais il sait que, dans son association, il fait figure d’ovni :

« Prendre la parole, c’est accepter l’éventualité de mourir sur place publique... ».

« Il faut se sentir légitime aussi. Personnellement je ne considère pas que ça soit mon métier ou mon rôle. Moi je fais de la musique », juge la DJ Louise Chen. Elle signait pourtant, en janvier dernier dans『Les Inrocks』, une tribune intitulée 「Pourquoi je n’ai toujours pas digéré le sketch de Gad Elmaleh et Kev Adams sur les asiatiques」. Dans leur spectacle, les deux humoristes enchaînent les clichés, allant de l’imitation d’accent, aux sous-entendus de chien dans les raviolis. Assise en terrasse rue Montmartre, dans le 2e arrondissement de la capitale, la DJ débriefe :

« On m’a quand même dit “tu vas un peu loin”, “oh la la on ne peut plus rire de rien”, “relax”, alors que j’étais extrêmement choquée par ce sketch ! Pour moi, il participe à garder la personne d’origine asiatique à son statut d’étranger, auquel on ne peut pas s’identifier. Qui ne nous ressemble pas. »

Ajoutant : « Ce qui m’a fait le plus de mal, c’est qu’M6 et le CSA laissent passer ce genre de propos. 4 millions de téléspectateurs ont décidé de rire d’une même communauté – qui représente quand même 600.000 personnes en France – et tout le monde trouve ça normal... »

Autant de clichés et réflexions qui se retrouvent dans l’espace public, comme en témoignent nos interlocuteurs : « Des étrangers me disent Ni Hao dans la rue » – « on me répond avec un fake accent chinois » – « On me demande “combien tu prends” en pleine rue comme si j’étais une prostituée » – « on me complimente régulièrement parce que je parle super bien et sans accent pour une asiatique » – « on me balance des “rentre chez toi” » – « la blague “pas de sushi” est devenue classique »...

« Devant ces agressions, il ne faut pas rester passif », répète inlassablement Sacha Lin, pionnier du militantisme asiatique. Il a intenté, avec l’AJCF en 2012, l’un des premiers procès pour diffamation contre l’hebdomadaire『Le Point』: « On s’est dit ‘cet article est attaquable juridiquement, alors on y va!’ ». Le papier, intitulé 「L’intrigante réussite de la communauté chinoise de France」, joue sur « la peur du péril jaune ». Y sont listés, notamment, « Les 5 commandements de l’entrepreneur chinois » :

  1. Tu travailleras 80 heures par semaine.
  2. Tu dormiras dans ta boutique ou ton restaurant.
  3. Tu ne rémunèreras pas tes employés car ce sont les membres de ta famille.
  4. Tu ne cotiseras pas et donc tu ne toucheras pas d’aides.
  5. Tu ne paieras pas d’impôts.

« Des propos discriminatoires et infondés, qui nourrissent la stigmatisation dont souffrent les citoyens d’origine chinoise », insiste Sacha Lin, qui se souvient qu’à l’époque son combat ne faisait pas l’unanimité dans les rangs de l’AJCF :

« J’étais le seul à vouloir attaquer. On m’a dit “ça n’est pas la bonne manière”, “mieux vaut faire de la médiation”, “on ne peut pas”, “on ne gagnera pas”. Et puis il y avait ceux qui avaient totalement assimilé et intériorisé les discriminations et qui jugeaient que ça n’était pas si terrible. »

L’asso s’est finalement lancée et a gagné le procès.『Le Point』et Franz-Olivier Giesbert sont condamnés pour diffamation. Et les discours ont changé autour de Sasha, qui a entendu des « on aurait dû faire ça depuis longtemps ».

La force de la culture
« Est-ce qu’il est nécessaire de lever le poing pour revendiquer nos droits ? », s’interroge quant à elle Julie Hamaïde, créatrice et rédactrice en chef de『Koï』Magazine – passé par Média Maker, l’incubateur de médias de StreetPress – dont le premier numéro est paru en septembre. La journaliste a fait le choix de mettre en avant les cultures asiatiques :

« Je ne voulais pas faire un journal d’asiat’ pour les asiat’. Le magazine est pour tout le monde et met en lumière des sujets et thématiques oubliés des médias traditionnels. »

« C’est une initiative inspirante qu’il faut promouvoir », juge Cam Linh, photographe qui a participé au crowdfunding du mag. Cette dernière se sent plus féministe qu’asio-militante : « Je préfère rassembler les combats et m’intéresser globalement au sexisme et au racisme ». Elle rejoint Julie sur une grande idée : la communauté asiatique n’est pas uniforme.

« Nous ne sommes pas tous chinois », rigole Boon, grand homme longiligne aux cheveux longs. Le graphiste thaïlandais est arrivé en France à 24 ans pour ses études. Voilà 9 ans qu’il a adopté Paris et déambule dans les soirées hypes de la capitale. Avec cinq de ses amis – originaires du Japon, de Corée ou encore du Vietnam – il a fondé le collectif Yellow Ghetto, qui organise des événements mettant en avant des artistes du continent asiatique. « On aime bien jouer sur ce terme Yellow, utiliser les insultes racistes et se les réapproprier », explique Kumi, chanteuse et membre du collectif. Elle est fière de rappeler la mixité de leurs fêtes – aujourd’hui plus rares par manque de temps. « On accueille tout le monde. Et on a réussi à ramener des asiatiques dans les soirées branchées, en plein Paris. » Louise Chen est particulièrement admirative de leur travail :

« Leur force, c’est qu’ils créent des ponts entre les cultures. Et en plus, ils font comprendre à des blancs bourgeois qu’ils n’apprendront rien aux asiatiques, qui ont aussi une culture hyper vaste et intéressante ! »

Selon la DJ, la culture, et notamment la pop culture, permet l’ouverture des consciences. « On voit bien quel rôle jouent en ce moment les séries et les films dans les luttes afro aux Etats-Unis. Nous sommes en retard, mais il faut compter sur ce combat culturel. » Rui Wang abonde :

« Le soft power est bien plus efficace que la lutte sociale pure et dure. »

Il prend l’exemple du film 「Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu」 : « bam ! Tout le monde l’a vu ». Le jeune homme cite ensuite Frédéric Chau, « véritable modèle de réussite ». Ajoutant : « Il en faudrait plus. »

Une immigration récente
Dans son bureau à Nation, Rui Wang, 30 ans et agent immobilier lorsqu’il n’est pas à l’AJCF, retrace l’histoire des asiatiques de France. Une immigration qui ne date, pour l’essentiel, que des années 70. « C’est très récent. » Lui-même n’est que de la 2e génération. Ses parents sont arrivés de Chine à la fin des années 80, en Italie puis en France. Il les rejoints, enfant, en 1995. « Quand on regarde les militants des minorités voisines, ce sont souvent des gens de la 3e génération. » Charline Ouarraki, co-fondatrice de l’association Womenabilityqui milite pour que les femmes se réapproprient la ville – explique par ailleurs que se penser comme communauté est laborieux :

« Le pouvoir individuel ne suffit pas, nous avons besoin du collectif pour empoweriser la communauté. Il faut collaborer, construire. Ca n’est pas facile et ça prend du temps. »

« C’est drôle, j’ai dû davantage militer pour le féminisme, voir l’afro-féminisme, que pour l’asio-féminisme qui me concerne pourtant directement », rigole-t-elle, concédant qu’il est toujours plus simple de rejoindre une lutte déjà existante. La trentenaire s’inspire d’ailleurs directement des luttes afro aux USA, et des luttes afro-féministes françaises. « L’avancée des unes ouvre évidemment la porte aux autres », assure-t-elle. « Elles nous ont montré que l’on pouvait parler, témoigner et ne pas se laisser marcher sur les pieds », explique Jaune Vénère, 22 ans. L’étudiante, comme Sovanara qui a créé le collectif Sokhanyæ, milite sur Twitter. « On suit beaucoup les blogs des militantes afro-féministes, qui se rapprochent le plus de ce que je vis et ressens », souligne la première. Elle cite Amandine Gay et son documentaire 「Ouvrir la voix」, Nkali (link is external) et ses coaching de femmes racisées en entreprise, le collectif Mwasi. Mais aussi des assos comme Lallab, qui défend un féminisme intersectionnel où les femmes musulmanes et voilées pourraient se retrouver.

Les deux jeunes femmes sont étudiantes et, sur leur temps libre, militent au sein de collectifs asio-féministes, mais ne se voient pas encore sortir d’internet. Elles préfèrent d’ailleurs témoigner sous pseudo. Sovanara :

« C’est angoissant de se mettre en avant et de militer sur le terrain. Mais un jour, je montrerai ma tête et je prendrai la parole. »

Contrairement au reste des personnes interrogées par StreetPress, elles se revendiquent militantes. Elles connaissent le vocabulaire féministe par cœur et revendiquent une certaine radicalité. « Quand je vois aujourd’hui des jeunes filles de 17 ans prendre la parole sur Twitter, je trouve ça génial. Elles sont dix fois plus au courant que moi, ont plus d’aplomb. Elles m’apprennent énormément », sourit Grace enthousiaste, avant d’ajouter tout de même :

« Mais il nous manque toujours une Rokhaya Diallo [militante afro et chroniqueuse dans TPMP] de la communauté asiatique. »

Author: Inès Belgacem/Date: October 09, 2017/Source: https://www.streetpress.com/sujet/1507539159-communaute-asiatique-marre-fermer-sa-gueule

Sokhanyæ
Twitter: https://twitter.com/Sokhanyae

Association des Jeunes Chinois de France (AJCF)
Official Website: http://www.lajcf.fr
Facebook: https://www.facebook.com/lajcf/
Twitter: https://twitter.com/ajcf_fr






JauneVNR
Twitter: https://twitter.com/jauneVNR


もっと More

Roseaux 「Du racisme dans le milieu gay」

Posted on October 04, 2017 commentaires
Vous avez dit “stéréotypes” ?

Tu es passif, non ?
Un soir d’été, je suis de sortie avec des amis dans un des bars gays de l’est londonien. Il fait très chaud et nous buvons beaucoup de bières pour nous désaltérer. Mon taux d’alcoolémie évolue gaiement au fur et à mesure que la soirée avance, ce qui bien sûr me rend beaucoup plus courageux pour aller taper la discut’ aux mecs qui remplissent le bar. Je me retrouve donc tout à coup à discuter avec un très bel homme, blond (information qui a son importance pour la suite de l’histoire).

Le bar dans lequel nous sommes commençant à fermer, il m’invite prendre un « dernier verre » chez lui. Je vois très bien où il veut en venir et j’accepte sans hésitation son invitation, en plus il habite le quartier, tranquille la vie. Après ce fameux dernier verre, arrive ce qui devait arriver : nous nous jetons l’un sur l’autre et finissons nus, dans son lit.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous raconter les détails. Sauf celui-ci : alors que les choses avançaient sérieusement, je lui ai fait part de mes envies sexuelles du moment. D’un coup il me dit : « De toute façon, vu que tu es Asiatique, tu es passif, non ? » J’étais ivre et pas forcément dans une position propice à contre-argumenter ce qu’il venait de dire, mais ce sujet m’a rendu perplexe quelques jours après, alors que je réfléchissais à le rappeler (je ne l’ai donc pas rappelé).

C’est la première fois que j’étais catalogué dans mes préférences sexuelles à cause de ce que j’étais pour lui : un Asiatique, avec tous les clichés qui vont avec.

Mon histoire n’est pas un cas isolé, Tan Hoang Nguyen en fait d’ailleurs un sujet d’étude académique dans son livre『A View From The Bottom』(Duke University Press, 2014). Il y remet en question le stéréotype des Asiatiques gays toujours prêts à être passifs et soumis. Il résume très bien ce phénomène raciste dans une interview en anglais pour Queerty où il explique :

« L'image des hommes asiatiques, homosexuels et hétérosexuels, efféminés, qui ne sont pas pourvus de la dose suffisante de masculinité, et donc de désirabilité sexuelle, peut être attribué à une mentalité coloniale occidentale qui considère “l'Orient” comme un mystérieux espace féminin à séduire, conquérir et pénétrer. »

Dans les relations hétérosexuelles, la stigmatisation des Asiatiques (femmes et hommes) a plusieurs fois été montrée du doigt. Franchesca Ramsey, une humoriste américaine en a fait une vidéo pour MTV (en anglais, mais avec des sous-titres que YouTube traduit automatiquement en cliquant sur l’icône des paramètres)


MTV News 「The Weird History of Asian Sex Stereotypes | Decoded」 - posted on May 25, 2016.

D’où vient cette image de soumission sexuelle associée aux Asiatiques dans les rapports homosexuels ?
Malheureusement, les Asiatiques homosexuels ont hérité des clichés qui touchent la communauté asiatique d’une manière générale dans un monde patriarcal blanc hétéronormé. Les femmes asiatiques seraient « dociles, soumises, hypersexuelles, étroites (au niveau du vagin, et donc plus excitantes) » et la liste est tristement longue. Les hommes asiatiques, quant à eux, se traînent une image dégradante : « petite bite », « efféminés », ce qui soulève d’autres problèmes (femmophobie, critère de masculinité correspondant à l’idéal blanc, etc. seront développé·e·s dans un autre article).

Pour se rendre parfaitement compte de la condition dans laquelle les hommes asiatiques ont été enfermés, il suffit d’abord de regarder les films grand public, où ils sont cantonnés à des rôles simplistes de comiques, geeks, ninjas, frôlant le racisme ordinaire, puis, pour le sujet de cet article, d’aller faire un tour sur n’importe quel site porno gay.

Si vous n’êtes jamais allés sur un site porno gay, c’est le moment de se lancer. Si cela vous fait rougir, dites-vous que vous le faites pour la science.

Sur la quasi totalité des sites porno gay, un menu vous permet de filtrer les vidéos par catégorie.

Observez ces catégories attentivement tirées du premier site porno gay qui remonte dans Google : Monster Cock (Enorme Bite), Seduce (Drague), Friend (Ami), Big Cock (Grosse Bite), Gay Teen (Ado Gay), HD (Haute Définition), Barebacking (Sans Capote), Public (En Public), Straight Guy (Hommes Hétérosexuels), Old & Young (18-25) (Vieux et Jeunes entre 18 et 25 ans), Caught (Surpris), Domination, Muscled (Musclé), Hunk (Baraqué), Hardcore, Black (Noirs), Voyeur, Cum Inside (Éjaculation à l’intérieur), Asian (Asiatiques), Amateur, Massage, Bear (Ours), Hairy (Poilus), Cum In Mouth (Éjaculation Dans La Bouche), Beach (Plage), Gay, Latino, Orgy, Arab, Mature (Hommes De Plus De 40 ans).

Les catégories varient sensiblement d’un site à l’autre, mais celles qui reviennent constamment sont celles-ci : Black, Asian, Arab, Latino. On trouve parfois : Ebony (pour dire : « Black »), Interracial (entendez un rapport entre un « White » et un « Black/Arab/Asian/Latino/etc. »), et j’ai même vu Japanese (pour en fait dire : « Asian »).

Cette catégorisation des vidéos pose un problème de fond : aucun Asian ne peut donc se retrouver dans la catégorie Muscled ou Hunk, parce qu’un filtre racial l’en empêche déjà. Pire encore, cette catégorisation de contenu est conçue d’un point de vue uniquement occidental.

Si le porno gay est catégorisé de cette manière, c’est pour filtrer des contenus répondant à des fantasmes homoérotiques occidentaux où les asiatiques jouent très souvent un rôle exagéré de soumission en plus d’être passif.

Cette représentation soumise des Asiatiques dans le porno gay semble confirmer l’imaginaire homoérotique qui a été construit autours d’eux tout au long de l’histoire.

Tout d’abord, dans『Gendered Outcasts and Sexual Outlaws : Sexual Oppression and Gender Hierarchies in Queer Men’s Lives』(Routledge, 2006) Chris Kendall et Wayne Martino commentent des archives de 1995 du magazine gay『OG : Oriental Guys』avec des éditoriaux insistant sur l’ambiance érotique de l’Asie. Ce texte conforterait les lecteurs dans le fantasme de l’Asiatique accueillant, disposé à rencontrer les lecteurs de ce magazines et disponible pour assouvir leurs potentiels désirs sexuels :

Un voyage en images dans l'univers des hommes sensuels d'Asie du Sud-Est est une expérience que vous allez adorer et qui capture pour vous toutes les couleurs et l'esprit excitant de l'Asie du Sud-Est ! Ces mecs ne sont pas des types musclés ni de petites mauviettes, mais des gens ordinaires comme vous en croiseriez tous les jours sur les trottoirs pleins de vie de Kuala Lumpur ou le front de mer multicolore de Roxas Boulevard à Manille. Ce sont de vraies personnes avec un charme authentique et une courtoisie naturelle qui vous attendent pour devenir vos amis dans un monde où personne n'est étranger (Galerie “ASEAN Men”, 1995:46)

De plus, les clichés sur les penchants hypersexuels des femmes asiatiques ainsi que leur caractère soumis ne datent pas d’hier, comme l’explique cet article de Slate.

Cette érotisation de la femme asiatique et de l’Asie du Sud-Est en général, s’est également transférée dans la communauté gay. Les homosexuels asiatiques sont rabaissés au point d’occulter leur pénis comme le montre certains courriers de lecteur du magazine『OG』cité plus haut :

J'ai reçu récemment quatre anciens numéros de『OG』et je vous félicite pour la qualité éditoriale et graphique [du magazine]. Serait-il possible d'y inclure plus de contenu “rose” – c'est-à dire plus d'images explicites d'anus dans chaque numéro ? Je ne suis peut-être pas le seul à penser que la partie en bouton de rose de l'anatomie des Asiatiques est un morceau de choix.

– Réponse : Non, Peter, vous n'êtes pas seul et nous avons déjà entrepris des actions pour changer cette situation. (Courrier des lecteurs, 1995:5)

Le fait que les Asiatiques soient représentés dans des postures soumises et presque toujours disposés à être passifs dans les films porno gay rejoint la représentation des femmes asiatiques comme « soumises » déjà présente dans l’imaginaire érotique occidental. Les asiatiques gays subissent cette image au point d’être carrément émasculés, voire « objectifiés » pour satisfaire un plaisir fétiche.

L’observation de ces scènes dans les films porno gays peut paraître futile, mais elle permet de rendre compte d’un problème plus important.

De la même manière que dans les films grand public, où la représentation constamment stéréotypées des asiatiques inscrit une fausse image inconsciente dans l’imagination collective qui voit les Asiatiques comme des personnes « dociles », « matheuses », « travailleuses », « discrètes », les films pornographiques accentuent d’autant plus ces clichés.

Richard Fung décrit la féminisation des hommes asiatiques dans le porno gay et la relation de pouvoir qu’il existe dans ces scènes explicites entre un asiatique et un occidental : il ne renie pas le fait, dans un rapport homosexuel, de préférer se faire pénétrer, il dénonce la mise en valeur du plaisir phallique en assignant toujours le rôle du passif aux Asiatiques.

Le plaisir sexuel étant donc réservé uniquement à « l’homme blanc » doté d’un pénis, vu que l’Asiatique n’est là que pour l’emmener vers l’orgasme.

Or, dans un monde de plus en plus connecté, l’accès au porno, surtout dans la communauté gay, est de fait, beaucoup plus facile et est très souvent utilisé (à tort) en substitution d’éducation sexuelle, notamment chez les jeunes qui reproduisent inconsciemment ce qu’ils voient à l’écran. Il m’est également arrivé d’entendre de la part d’une personne de plus de trente ans que, comme il était plus âgé que moi, c’était à lui d’être actif parce que c’était ce qu’il avait vu dans des films porno… Comme quoi, aussi surprenant que cela puisse paraître, ces films ont une influence sur le comportement des gens.

De la même manière, des Asiatiques qui regardent ces films et qui ne se voient mis en scène que dans des rôles restreints, soit ne se sentent pas représentés correctement dans leur diversité, soit reproduisent les images qu’ils voient, ce qui ne fait que donner plus de valeur aux fausses idées véhiculées.

Comment combattre ces idées reçues ?
Il n’y a pas de solution magique, sinon je n’aurai pas écrit cet article. Cette question est complexe.

Tout d’abord, il est important de bien prendre conscience du fait que ce fétichisme sexuel est raciste car il place un ensemble d’individus (ici, les homosexuels asiatiques) dans une position inférieure à un autre groupe d’individus (ici, les homosexuels occidentaux) du fait de la surreprésentation du plaisir phallique (accaparé presque toujours) par ces derniers.

Une fois que l’on s’est bien rendu compte que les remarques du genre : « les Asiatiques sont passifs, non ? » sont racistes, on peut envisager des solutions pour éradiquer ces idées reçues, comme par exemple les campagnes de prévention anti-raciste dans un contexte grand public.

Mais il faut également que l’industrie des médias (cinéma grand public, pornographiques, pub) diversifie la représentation qui est faite des Asiatiques sur tous les types d’écran.

Dans un contexte plus personnel, j’invite tout le monde à dépasser ces idées archaïques en faisant des rencontres et en discutant sur ces sujets avec les personnes concernées pour se rendre compte que les clichés ne correspondent jamais à la réalité.

Aussi, je souhaiterais préciser que cet article n’avait que pour but de témoigner des clichés de soumission sexuelle dont sont victimes les Asiatiques dans la communauté gay. Je distingue complètement le fait d’être actif/passif qui est une préférence de pratique sexuelle et les rapports de domination (psychologiques et physiques) qui peuvent exister dans une relation.

Author: Roseaux/Date: October 04, 2017/Source: http://roseaux.co/2017/10/racisme-gay/



もっと More
上 TOP